Questions au Festival des Garrigues

— Mélanie Druelle & Noémie Baudin, le 23 juin 2014 —



Ky-Mani Marley sera au Festival des Garrigues le 6 juillet

Yep Land a interviewé l'administrateur du Festival des Garrigues à Brignoles qui gère toute la partie administrative et également financière.

“Une anecdote gentille, c'était Keen'v qui, à trois heures du matin se réveille en panique dans son hôtel parce qu'il a oublié ses lunettes de soleil sur le plateau. Donc, à trois heures du matin, il faut lui ramener ses lunettes sinon il ne peut pas dormir.”

• Qui est à l'origine de ce festival ?

“Il a été crée par la Mairie de Brignoles, puis repris via une délégation de services publics par la société Mad In Event. C'est une société d'évènementiel, de création de spectacle, de production et de diffusion artistique.”

• Quelles sont les motivations de ce festival ?

“Il n'y a pas de motivation particulière, on est producteurs de spectacle donc là où on nous demande de venir, nous y allons puis on essaie de faire notre job au mieux. Il ne faut pas se voiler la face, on joue à quitte ou double, voir triple, quand on fait une production artistique, on ne sait jamais comment ça va se passer. On peut faire un carton plein et vendre beaucoup de places comme on peut prendre un "gadin” et ne pas vendre de places. C'est comme en bourse en faite, c'est le même principe (…rire !).

C'est la vérité parce que bon, la production de spectacle c'est un risque énorme, c'est pourquoi nous avons d'autres branches au sein de la société, comme notamment la communication, l'évènementiel et la diffusion locale. Bien évidemment, il y a des artistes avec lesquels on ne prend aucun risque, par exemple, l'année dernière en production locale on a fait : Sexion d'Assaut, ce qui nous a permis de remplir le Zénith de Toulon.“

• Avez-vous des soutiens techniques et financiers ?

"Financiers oui, il y a bien évidemment des partenaires que l'on retrouve sur notre site. Après en soutien technique, il y a notamment la société Concept Event qui nous fournie toute la partie son et lumière. Notre partenaire principal c'est bien évidemment la Mairie de Brignoles. Elle fournit des moyens techniques et financiers, des équipes municipales qui mettent en place la scène, un chariot élévateur, les barrières, etc… Ce qui n'est pas négligeable.”



Biga Ranx sera au Festival des Garrigues le 6 juillet. (Photo: Sébastien Multeau)

• Est-il difficile d'organiser un évènement comme celui-ci ? Et avez-vous déjà rencontré des difficultés ?

“Oh oui, c'est super difficile ! Ça peut être des contraintes techniques comme un problème sur le lieu du festival, suite à des orages par exemple puisqu'il est en plein air. Après on est en plein sujet d'actualité, c'est la grève des intermittents ce qui est une grosse difficulté donc à nous d'anticiper, mais malheureusement s'ils font grève, on ne pourra rien faire.

Donc voilà les difficultés c'est d'abord l'anticipation, puis aussi la recherche de prestataires. Il est très important, pour tout type de manifestation d'établir une mise en concurrence des prestataires.

Des difficultés on en rencontre au quotidien, c'est l'organisation générale, c'est l'organisation de la sécurité des lieux, la partie administrative qui est très lourde, avec par exemple les autorisations de délivrance d'alcool. Et il faut également s'occuper de tout ce qui concerne la billetterie.

Après il ne faut surtout pas s'arrêter aux difficultés et se dire "Qu'est-ce qui va m'arriver comme problème ?”. Il faut aller étape par étape et puis, chaque problème a sa solution.
Ensuite bien évidemment, il peut y avoir des tuiles le jour “J”, le pire c'est le retard des artistes ce qui arrive rarement, mais ça arrive.“

• Comment séléctionnez-vous les artistes ? Avez-vous des critères particuliers ?

"Tout dépend si le festival a une identité ou pas. Chez nous, c'est notre patron, qui est aussi directeur artistique, qui imagine au mieux la programmation. C'est donc lui qui traite en direct avec le producteur des artistes. Il faut vraiment connaître les "prods” et pas les agents, il faut bien différencier les deux. Nous, on travaille directement avec les “prods” qui sont moins chers puisqu'elles sont en lien direct avec l'artiste ou son manageur.“


 La programmation

Image

Twitter
Facebook
Website

 
6
Kudos
 
6
Kudos

Now read this

Sense (3ème partie)

— Noémie Baudin, Le 17 Juin 2015 — Voici la dernière partie de la riche interview de Sense (Partie 1 - Partie 2). Pour terminer en beauté, l'artiste nous donne ici son appréciation du milieu musical toulousain et raconte à Yep Land... Continue →