Entretien avec un Graffeur

— Noémie Baudin,
Le 21 juin 2014 —

(© Photo : Wabe)

Yep Land a décidé de s'intéresser à un jeune graffeur Parisien. Il est motivé, dynamique et très talentueux. Son blaze c'est WABE.

“C'était le mois de ma majorité , j'débarque à Berlin, j'rejoins des gars que je connaissais pas. On passait nos journées entre chercher des bombes, peindre, fumer et trouver des endroits de fou !

Le jour de mes 18 piges, on part à 3, le 4ème reste à l'appart. On va chercher des canettes, moi j'étais soûl (18 ans oblige), mes potes un peu moins. On a fait des grandes pièces en pleine rue en pleine journée, et là les "shmits” Allemands, la POLIZEI, déboule de partout, on se met à courir, un premier se fait serrer, moi j'met une esquive et 10 mètres plus loin je me fais “pecho”, le dernier s'était caché dans un parc mais un civil lui a sauté dessus. Nous voilà dans le “camtar” (camion), on se retrouve au poste !

Là, on nous prend les empreintes et tout le bordel ! On reste 4/5h puis on ressort. Soulagés mais loin et il fait nuit, mon pote avait réussis à planquer sa weed, donc direction Burger King suivit d'un long joint dans un parc face à un château ! C'était mes 18 ans haha.“

• Comment l'envie de faire du Graff t'es venue ?

"Je ne m'en souviens pas trop, j'aimais dessiner, à chaque fois que je prenais l'autoroute je regardais les graffs. Je me souviens de mon premier tag, c'était en 5ème, j'avais engrainé un pote de ma classe et j'avais piqué une bombe dans les outils du daron ! Suite à ça, je me suis renseigné sur le graffiti, ce que c'était, les règles, les pratiques, les outils … et j'ai commencé par des "gueuta” (des Tags) au marqueur dans ma ville et un jour j'ai découvert la rayure1, c'est le pied !“

• Où peut-on voir tes oeuvres ?

"A Paris, dans le métro et dans la rue. Mais c'est pas des oeuvres, plutôt des traces de mon passage !”

(© Photo : Wabe)

• Dis-moi deux ou trois trucs sur la communauté des Graffeurs

“Premièrement, ce que disent les médias est souvent faux ou transformé pour donner une mauvaise image des activistes du graffiti. Faut savoir aussi que c'est un monde où tout le monde parle sur tout le monde, un peu comme Dallas ! Le mieux c'est de rester avec ceux que tu connais et pas trop t'éparpiller si tu veux durer sur le long terme ! A part ça, je recommande le graffiti à tout le monde tant que t'es "deter” (déterminé), c'est vraiment une bonne école de la vie !“

• Comment on apprend à graffer ?

"Tout seul, il faut gratter du papier et se lancer y a pas de secret. C'est en bougeant que tu rencontres d'autres gens plus expérimentés qui peuvent te donner des conseils, des ptites astuces, mais c'est principalement tout seul et avec de l'entrainement. Un petit conseil, bien travailler le squelette des lettres ! ”

• Cites-moi quelques références en terme de Graffeurs

“En style2 je dirais : MODE 2, PSY 156, SHOE, BABS à l'époque de ces "tromé” (cobra , ciel …), DISNEY ..

En vandal3 : CLI, TRANE (évidemment), SPADZ, les MPV, AZYLE, SEZAM, EALORE, les D77, les AT98, KEAG et SORE etc…

En rayures : KINE, les SRP, les NRP, les WP et KW…
Et j'en oublie pleins aussi !“

• Dans l'idéal, comment vois-tu ton art à long terme ?

"A long terme, j'aimerai qu'il n'y ait plus d'amalgame entre street art et graffiti, plus de brigade antigraffiti ça serait pas mal aussi. Que le graff explose dans la rue au lieu d'être de plus en plus cantonné en galerie et qu'il y ait plus de meufs dans le mouvement ;). J'aimerai revoir des métros défoncés comme dans les 90s et la rue comme dans les années 80 ! Là, ce serait IDEAL !”

“Pour finir, une pensée à mes potes, HS MW, les CPM, les NSK, à tous ceux qui déchirent, aux anciens, et aux morts ! Et un GROS big up à YEP LAND !”


  1. Rayure : Action de rayer une matière (plastique, inox…) à l'aide de plusieurs outils sachant que chaque outil a sa spécialité. 

  2. Style : Manière dont un graffeur fait ses lettres, les effets qu'il met. En général, au bout d'un moment tu développes un style qui t'es propre, ce qui fait qu'on t'identifie à travers tes graffs même si tu marques pas ton “blaze”. 

  3. Vandal : Tout ce qui n'est pas légal, c'est le contraire du terrain où c'est tranquille et où tu prends ton temps pour faire ta pièce. 

 
14
Kudos
 
14
Kudos

Now read this

Girls Power avec L.E.J.

— Mélanie Druelle pour Yep Land, Avril 2015— « L’idéal pour nous, dans un concert, ce serait que le public chante, danse, saute, qu'il soit réceptif et s'amuse ! De pouvoir parler avec eux, et d'avoir l'impression d'être à la terrasse... Continue →